Se sentir vivante !

J’ai expérimenté quelque chose, depuis que je fais plus régulièrement de l’activité physique pour ma santé. J’apprécie de me sentir vivante, de sentir mon corps. Je m’y suis mise suite à mon soucis de santé de fin 2016. Une hernie discale, qui comprimait le nerf sciatique. 3 mois d’une douleur intense, qui rapidement m’a empêché de tenir debout pour aller travailler et même pour les gestes du quotidien, comme manger à table, s’habiller, etc. Prendre une douche ou aller aux toilettes relevaient de l’exploit les derniers jours avant mon opération. Même la morphine ne me soulageait plus. Résultat, à force d’être alitée quasiment tous les jours pendant plusieurs semaine, j’ai fait une fonte musculaire et perdu un peu plus de 10 kilos.

Apprécier chaque progrès, même infime !

Après l’opération, il a donc fallu que je récupère ma masse musculaire perdue et que je renforce celle-ci pour mon dos. Cela n’a pas été facile. Les deux premières semaines, j’étais essoufflée, rien qu’à prendre une douche. J’avais si peu de force dans les jambes, que m’accroupir pour attraper quelque chose en bas du frigo et me relever, était un défi. Même tenir assise à table me demandait de gros efforts les premiers jours. J’étais maigre et mon reflet dans la glace faisait peur à voir. Je flottais dans mes vêtements. Mais, maintenant, je pouvais enfin m’habiller seul. Certes en prenant tout mon temps, mais j’y arrivais. Chaque jour, comme me l’avait demandé la kiné de la clinique, je faisais quelques minutes de marche. Je devais augmenter progressivement pour arriver à une heure. J’ai fini par y arriver quelques mois plus tard. Cela a pris du temps.

photo © Natacha Aubriot - 2018 - Tous droits réservés

Persévérer pour atteindre son objectif

Je m’accrochais à cela. Cette marche. Cette bulle de liberté dans ma journée. J’aimais déjà marcher avant. Mais là, quel bonheur de pouvoir sortir après avoir passé des semaines enfermée dans ma chambre avec la douleur pour compagne. Quel bonheur de voir la nature évoluer même en hiver. Car j’ai été opérée fin novembre. J’ai donc marché tout l’hiver, bravant le froid, parfois la pluie, m’accrochant à l’idée que cette marche conseillée par les médecins, était le moyen de guérir et de recouvrer mes forces. J’ai savouré ces moments où je pouvais de nouveau bouger. Même si la douleur du nerf était encore un peu présente, nécessitant encore la prise d’anti-douleurs. Ce n’était rien comparé à avant l’opération. Bien entendu, comme mes progrès étaient longs et lents, j’ai eu des moments de doutes, de découragement et de déprime. J’ai pleuré. J’ai laissé sortir mes émotions. Et quand mes larmes étaient sèches, je me relevais pour continuer. Je m’accrochais à cette idée, que chaque effort fourni et chaque moment de courage mis bout à bout, constituaient le socle de ma guérison à long terme.

Un corps pour savourer l’instant présent !

Avant mon opération, bouger était devenu difficile et parfois atrocement douloureux. Aujourd’hui, j’expérimente combien ce corps,mon vaisseau, qui me porte et me fait exister au monde est précieux, merveilleux, un trésor et une source de bien-être. Moi, qui n’aimait pas le sport, je m’y suis mise et j’ai découvert que je pouvais aimer cela. J’apprécie de sentir l’effort, de sentir le plaisir, de sentir les odeurs, de voir, de toucher et de goûter. Bref, d’être pleinement présente dans ce monde. J’apprécie de constater mes progrès et d’avancer à mon rythme. Je découvre après cette épreuve que je suis capable de choses, dont je ne me pensais pas apte avant. Cette épreuve m’a transformée, je pense. Elle a révélé des forces, que je ne soupçonnais pas en moi. Elle m’a aussi rappelé ce que c’est que de se sentir vivante et totalement présente dans l’instant. Nous sommes souvent la tête ailleurs, pris par nos soucis, ce qu’on a fait dans le passé ou ce qu’on devrait faire à l’avenir, au lieu de vivre ici et maintenant, prendre plaisir à exister, apprécier d’être en bonne santé.

Un corps pour vivre pleinement

Dans certaines religions et spiritualités, le corps et les sens sont l’objet de méfiance et de rejet. Pourtant, la spiritualité, la sagesse et la croissance spirituelle peuvent très bien passer par l’expérience du corps, son respect, son amour, la sensualité, la sexualité et le monde matériel. Tous cela n’a pas à être rejeté. Car c’est par ce corps que nous existons. C’est dans le monde matériel que nous sommes venus à l’existence pour vivre l’expérience de la vie. Il serait donc absurde de rejeter, ce par quoi nous expérimentons l’existence.

Aimez votre corps, aimez vous, soyez votre meilleure amie, prenez soin de ce que vous êtes et savourez la vie !

 

Cadeau gratuit ebook

Si tu es nouveau/nouvelle ici, tu voudras sans doute découvrir les points importants pour débuter tes premiers pas sur la route de ton bonheur ? Il suffit pour ça de t'abonner à l'infolettre, tu recevras gratuitement en cadeau mon ebook ! Merci de ta lecture et à bientôt ! M'abonner et bénéficier de l'ebook offert, maintenant !


Pose tes questions ou laisse un commentaire.

(Les commentaires sont modérés avant validation et publication.)