Quand la peur mine notre confiance en soi

Tu veux être tenu au courant des derniers articles, des vidéos et des "bonus" que j'offre à mes abonnées ? Abonnez-toi l'infolettre du site !!!


Pourquoi n’abordez-vous pas cet homme ou cette femme, qui vous plaît, pendant une soirée ? D’où vient cette boule dans la gorge, quand vous devez appeler une entreprise pour un entretien ? Vous n’avez pas encore approché la personne désirée ou composé le numéro, que déjà votre imagination s’emballe. Vous visualisez le pire. Il ou elle vous remarque à peine ou le poste convoité est déjà pris, etc. Qu’est-ce qui vous bloque ? Et bien, c’est la peur, que ce soit celle d’être rejeté ou d’échouer. Rassurez-vous, tout le monde connaît la peur.

Passer à l’action est stressant. En effet, cela impose de sortir de sa zone de confort. Celle-ci est une sorte de prison dorée. Nous y sommes bien, rassurés par nos habitudes et dans un cadre connu, même si il n’est pas toujours épanouissant (amis toxiques, travail peu épanouissant…). Réaliser ses rêves, cela demande d’aller vers le changement. Cela signifie sortir de ce cadre sécurisant, risquer l’échec, l’erreur et surtout s’offrir l’opportunité de réussir ! Car l’inaction alimente la peur et la peur alimente l’inaction. C’est un cercle vicieux. Si vous croyez ne pas être capable de faire une chose, votre esprit va tout faire pour vous donner raison. Pourtant, si affronter sa peur est angoissant, c’est aussi incroyablement galvanisant, une fois le pas franchi.

Quelques trucs d’auto-coaching pour votre développement personnel

1. Dédramatisez les scénarios de vos peurs. Le scénario qui vous effraye, est-il réel ou le fruit de votre imagination ? Qu’est-ce qui vous fait peur exactement ? Que se passera-il si vous échouez ? Est-ce vraiment grave ? Ne pourriez-vous pas utiliser votre imagination pour concevoir un scénario avec une conclusion positive ou une solution de secours, un plan B ? Faites la balance entre des bénéfices par rapport aux risques.

2. S’ancrer dans le moment présent. Rappelez-vous une chose, vous vivez au présent. Si vous surprenez votre esprit à vagabonder dans le futur (ou le passé), concentrez-vous sur ce que vous pouvez faire ici et maintenant. Et, passez à l’action, aussi minuscule cet acte soit-il. Faites un petit pas après l’autre. C’est comme vouloir atteindre le sommet du Mont Blanc. Si vous regardez le sommet depuis la vallée, c’est impressionnant. Votre imagination vous projette déjà une vision de votre échec et des difficultés (fatigue, découragement…). Si vous commencez votre ascension en gravissant un petit sommet après l’autre, progressivement, il est possible que vous atteigniez le sommet, avec une sérénité qui vous étonnera.

3. Revoir votre façon d’envisager l’échec. Ce n’est pas un drame d’échouer, au contraire c’est une occasion d’apprendre. Intégrez l’idée que l’échec est utile et même nécessaire pour progresser. Ce sont les épreuves, qui vont vous aider à réussir. En elles se trouvent de précieuses leçons, pour devenir meilleur à chaque tentative. Regardez les sportifs, comme un tireur à l’arc, est-ce qu’il abandonne après ses premiers tirs hors de la cible ? Non, il continue, car c’est en s’exerçant qu’il deviendra plus habile.

4. Vos échecs ne vous définissent pas. Ce n’est pas parce que vous avez échoué à un oral d’examen, que vous êtes un(e) raté(e) ou un(e) nul(lle). Loin de là ! En fait, les vrais « ratés » sont ceux qui échouent une fois et n’essayent plus jamais, par peur d’échouer à nouveau. Un échec ne fait pas de vous quelqu’un de définitivement irrécupérable ou nul. Au contraire, il fait de vous quelqu’un qui ose se donner les moyens de réussir et d’apprendre en expérimentant.

 

S'abonner à l'infolettre

Cet article t'a plu ? Tu veux être tenu au courant des derniers articles, des vidéos et des "bonus" que j'offre à mes abonnées pour qu'elles puissent impacter leur vie positivement. Abonnez-toi à la chaine Youtube ou bien à l'infolettre du site (ou les deux :p)

Vos commentaires

Vous pouvez poster ci-dessous vos remarques, vos questions ou votre témoignage concernant ce sujet.

%d blogueurs aiment cette page :