Complexes, estime de soi et selfies

Je suis quasi certaine que ce titre te parle ? Pour être franche, des complexes j’en ai eu plein et il y a toujours chez moi des choses que j’aime moins. Mais, c’est pas grave. En fait, nous sommes parfois aussi dur avec nous-même, que ceux qui nous jugent. Il y a quelques années, je n’aimais pas me voir en photo. Je préférais prendre les autres en photos, voir la beauté autour de moi, car je ne la trouvais pas chez moi.

Estime de soi ou narcissisme ?

Je pensais aussi que s’apprécier en photo ou s’accorder de l’attention était narcissique. Mais en fait, c’est comme pour tout. C’est une question d’équilibre… trop peu s’apprécier, se cacher ou se mettre en retrait témoigne souvent d’un manque d’estime de soi. A contrario trop se mettre en avant et en images, cela peut signifier effectivement tomber dans une forme de narcissisme. Il faut trouver le juste milieu. Ni trop, ni trop peu.

Le selfie à usage thérapeutique ?

Je n’aurai par exemple jamais pensé faire des « selfies » à une époque et encore moins les partager, ni afficher mon image pour illustrer mes projets. Mais… y’a que les imbéciles qui changent pas d’avis, non ? J’ai fini par trouver un aspect « thérapeutique » au selfie. Il m’a appris à apprécier mon image et à avoir moins peur de me mettre en avant, d’accepter mes défauts et d’apprécier mes qualités. L’avantage du selfie est que tu maîtrise la « prise de vue ». C’est toi qui choisis quand, comment, sous quel angle et avec quelle lumière prend la photo. Et si elle ne te plaît pas, tu peux recommencer plusieurs fois pour arriver à obtenir le cliché qui te plaît. Et petit à petit, tu peux ainsi apprivoiser ton image. Avec modération et de bonnes intentions, le selfie peut t’aider à aimer qui tu es. Il n’est même pas utile que tu le partages. Tu peux garder ça pour toi. Car le plus important est que toi, tu apprennes à t’aimer.

Éviter les excès

Il ne faut pas en être esclave et à travers lui chercher l’approbation des autres, les « likes », les « partages », les « follow », etc. Le plus important est qu’il t’aide à t’apprécier, à trouver et à mettre en avant tes qualités, ta personnalité, ce qui te rend unique, ta propre beauté pas celle imposée par les standards de la mode, de la publicité, de la TV, etc.

L’exemple de Tarynn Brumfiit et le Body Image Movement

Taryn Brumfitt/Body Image Movement

Taryn Brumfitt, photo avant/après Photo Credit: Body Image Movement/Facebook

Je pense par exemple à Tarynn Brumffit. Cette mère de famille australienne en a eu un jour marre de s’imposer des exercices, des régimes, pour correspondre à une image de la femme, qui ne la rendait pas heureuse. Un jour, elle a posté sur les réseaux sociaux une photo d’elle avant musclée, mince lors d’un concours de body building et après avec quelques rondeurs, souriante, naturel. Les réactions des gens l’ont fait réfléchir.

Beaucoup de femmes ont adoré, car elle osait faire l’inverse de ce qu’on fait la plupart du temps. C’est à dire poster une image de soi avec de l’embonpoint avant et plus mince après suite à un régime, du sports,etc.  Elle a osé s’affirmer plus heureuse avec un corps qu’elle a cessé de faire correspondre aux corps idéalisés et retouchés du monde de la mode. D’autres l’ont vertement critiqué, l’accusant de se laisser aller, l’insultant.

Elle a alors décidé de faire un documentaire sur le rapport que les femmes ont avec leurs corps. Il a été diffusé, il y a peu sur Arte : « Accepte ton corps ». Elle a lancé un mouvement, le « Body Image Movement » Son objectif est d’aider les femmes à reconnaitre que leur corps n’est pas juste un ornement décoratif. Elle croit que tout le monde a le droit d’aimer et d’accepter son corps, peu importe sa forme, sa taille, son origine ethnique ou ses capacités.

L’image de soi exposée sur les réseaux sociaux

Tu peux ensuite envisager le partage de selfies avec un cercle restreint de proches, en qui tu as confiance. Les premières approbations positives vont t’aider à gagner en estime de soi. C’est flatteur. A condition de ne pas être dépendant du regard des autres. A contrario, les critiques reçues, si elles restent dans le domaine du raisonnable, c’est à dire pas du harcèlement (sinon signale-les en ligne ou dépose une plainte), nous apprennent à prendre de la distance vis à vis du jugement négatif des autres. Ce n’est pas agréable, mais c’est aussi un moyen d’expérimenter le fait, que ta valeur ne se résume pas à ce que les autres peuvent penser de toi. Leurs avis leur appartiennent. Ils sont le reflet de ce qu’ils sont, de ce qu’ils craignent, de leurs croyances ou de ce qu’ils refusent ou n’acceptent pas pour eux. Ce n’est pas le côté le plus agréable, je te l’accorde. Mais c’est une expérience utile et formatrice. Quand tu as réussi à dépasser ça, tu as fait un grand pas en avant. Et tu auras acquis même plus de force, que ceux qui te jugent mal.

Comment gérer les jugements négatifs ?

Il faut être prêt à accepter les critiques ou encore l’indifférence si l’on s’expose publiquement sur les médias sociaux. Tu n’y es pas obligé, tu peux restreindre l’accès, si tu ne te sens pas de recevoir les critiques d’inconnus. L’essentiel est que l’utilisation raisonnée du selfie t’aide à apprivoiser ton image et à l’apprécier. Et surtout, une image qui t’es propre. Inutile de copier quelqu’un d’autre. Cela n’aurait pas la même effet sur ton estime de soi. Tu te construirais une image encore par rapport à autrui.

Et puis de toute façon, on ne peut pas plaire à tout le monde ! L’essentiel est de s’apprécier soi-même à sa juste valeur.
Souviens-toi, tu es formidable !

 

Cadeau gratuit ebook

Si tu es nouveau/nouvelle ici, tu voudras sans doute découvrir les points importants pour débuter tes premiers pas sur la route de ton bonheur ? Il suffit pour ça de t'abonner à l'infolettre, tu recevras gratuitement en cadeau mon ebook ! Merci de ta lecture et à bientôt ! M'abonner et bénéficier de l'ebook offert, maintenant !


Pose tes questions ou laisse un commentaire.

(Les commentaires sont modérés avant validation et publication.)